Accueil » Actualités » Le cortège présidentiel de Jovenel Moïse attaquée à l’Arcahaie

Le cortège présidentiel de Jovenel Moïse attaquée à l’Arcahaie

Vendredi soir, la caravane présidentielle, qui revenait du département d’Artibonite dans le cadre de la préparation du lancement de la caravane de changement prévue pour le 1er mai, a été bloquée à la commune d’Arcahaie, par des manifestants en colère protestant contre la décision de l’ancien président Martelly , Il y a maintenant 2 ans, pour diviser la commune d’Arcahaie en deux. La caravane présidentielle a ensuite traversé les barricades et les jets d’eau essuyée d’individus non identifiés. Des témoins ont signalé des échanges de tirs entre les forces de sécurité ou les agents de sécurité de la caravane et inconnus (information non confirmée par la police jusqu’à présent).

Cependant, dans une déclaration, la Présidence a parlé d’une «embuscade faite contre l’incursion présidentielle» et n’hésite pas à parler d’un acte terroriste «Les mots ne sont pas assez forts pour dire toute l’ignominie de ces actes terroristes […] Ces actes contre la vie du Président de la République commis par des personnes non identifiées constituent une grave menace contre la paix publique et l’état de sécurité. Ils feront l’objet d’une enquête approfondie et rigoureuse par les autorités compétentes en vue de trouver leurs auteurs et Les amenant devant les autorités judiciaires nommées à cette fin « .

Le président Moïse renouvelle à la population d’Archeloise tout son engagement à trouver une solution définitive et satisfaisante à cette crise qui a duré trop longtemps et invite cette population à ne pas céder «aux extrémistes».

Le Bureau de la Présidence « félicite les unités spécialisées de la Police Nationale d’Haïti en charge de la sécurité du Chef de l’Etat pour leur rapidité et leur professionnalisme et rappelle à tous que l’établissement d’une société démocratique ne peut être atteint que par les principes promulgués par la loi […] »

Cependant, certaines personnes présentes dans la caravane ne sont pas d’accord avec les termes de la déclaration de la présidence qui se réfère à «une embuscade» et «actes contre la vie du président de la République» soulignant que ce n’était qu’une des nombreuses manifestations de résidents en colère de Cette zone, une situation qui prévalait bien avant l’arrivée de la caravane présidentielle, qui se trouvait malheureusement au cœur de la violence.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Protected by WP Anti Spam